Archives de catégorie : tous

Pour accéder à tous les articles

Mon article publié dans Causeur de mars 2018

Hits: 5

La revue Causeur de Mars 2018 publie  l’un de mes articles sous le titre : “Notre  cerveau n’est pas un disque dur”. Celui-ci démystifie la notion d’« amnésie traumatique »,  une notion dépourvue de toute preuve scientifique, rejetée par une large majorité de la communauté des chercheurs en psychologie,  et qui sert de prétexte à certaines féministes pour demander l’allongement du délai de prescription.

Voici l’annonce de l’article :

Les femmes, sexe fort malgré elles

Rubrique actualités, la barque est bien chargée. Chez le beau sexe, Brigitte Axelrad et Peggy Sastre démontent coup sur coup deux mythes féministes. La professeur de psycho-sociologie Axelrad démystifie la notion d’« amnésie traumatique » en vertu de laquelle certaines féministes prétendent qu’un viol subi dans l’enfance ou l’adolescence peut être occulté puis remémoré à l’âge adulte. Une notion dépourvue de toute scientificité. De son côté, la darwinienne Peggy Sastre déconstruit l’idée d’une solidarité féminine fondée sur la seule appartenance au sexe faible. De la cellule au marché du travail, les femmes ne cessent au contraire de lutter entre elles…

Conférence à Saint Cyr sur Loire

Hits: 6

Faux souvenirs & manipulation mentale

Brigitte Axelrad, vice-présidente de l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS), membre du comité de rédaction de la revue Science & pseudo-sciences, professeure honoraire de philosophie et de psychosociologie, donnera une conférence sur les faux souvenirs et la manipulation mentale le jeudi 15 février au manoir de la Tour à Saint-Cyr-sur-Loire.
Nous vous y attendons à partir de 18h00.

Faites suivre cette invitation à vos relations.

La mémoire est fragile. Il est en effet possible de modifier les souvenirs d’une personne par la manipulation mentale ou même au cours d’une psychothérapie. L’exemple le plus marquant est celui des faux souvenirs « retrouvés » au cours d’une psychothérapie qui démolissent le patient et sa famille.

Les ravages des faux souvenirs ont commencé à sévir aux États-Unis dans les années 80. Ce fléau s’est étendu à la France à la fin des années 90 et gagne dans l’ombre de plus en plus de terrain. Ces dernières années, ce phénomène des faux souvenirs induits a été étudié par des chercheurs en psychologie et a fait l’objet d’expériences.

Comment faire la différence entre les vrais et les faux souvenirs ? Comment résoudre la contradiction entre ces points de vue ? Alors que la communauté scientifique exige des preuves scientifiques pour valider une position, la communauté des thérapeutes est davantage convaincue par la réalité subjective de leurs expériences et de celles de leurs patients.

Brigitte Axelrad développera cet aspect des recherches scientifiques dans son exposé et l’illustrera à l’aide de courts extraits de vidéos.

Beaucoup de monde pour  écouter cette conférence, il a fallu ajouter des chaises. Les auditeurs sont restés jusqu’à 20H30 et ont posé de nombreuses questions.

Conférence AFIS à Verdun le vendredi 15 septembre 2017 à 18h

Hits: 24

Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée en thérapie

Conférence de Brigitte Axelrad à  l’invitation de l’association Secticide à Verdun, le vendredi 15 septembre 2017 à 18h

À la salle des fêtes de Belleville / Meuse
ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

http://secticide.pagesperso-orange….

Aux États-Unis, puis en France, certaines personnes adultes ont retrouvé, au cours d’une psychothérapie, des souvenirs d’abus sexuels qu’elles auraient subis pendant leur enfance.Or, certaines d’entre elles se sont rendu compte plus tard que les évènements remémorés ne s’étaient jamais produits et que ces souvenirs retrouvés étaient donc de faux souvenirs.

Au lieu de les conduire vers la guérison, ces psychothérapies ont entraîné des ravages chez les patients et ont démoli leurs familles.

Dès lors, deux camps ont émergé :

- d’un côté, un certain nombre de psychothérapeutes, psychiatres, psychanalystes, psychologues ou thérapeutes autoproclamés,sont convaincus que les difficultés existentielles de leurs patients sont causées par des traumatismes subis dans l’enfance, qui auraient été refoulés et dont il faut retrouver le souvenir pour guérir. Selon eux, les souvenirs retrouvés en thérapie sont vrais et ceux qui pensent le contraire sont en déni,

- de l’autre côté, des chercheurs et des scientifiques de la mémoire ont trouvé ces affirmations fondamentalement invraisemblables. Les souvenirs de traumatismes peuvent être inexacts par rapport aux détails spécifiques, mais de nombreuses recherches ont indiqué que l’essentiel des événements traumatiques a très peu de chances d’être oublié. Les auteurs montrent que la mémoire est fragile et malléable, qu’elle est sensible aux techniques de suggestion et que, par conséquent, tous les souvenirs retrouvés d’abus sexuels ne sont pas nécessairement vrais.

La question se pose alors de savoir comment faire la différence entre les vrais et les faux souvenirs et comment résoudre la contradiction entre ces points de vue.

Alors que la communauté scientifique exige des preuves scientifiques pour valider une position, la communauté des thérapeutes est plus convaincue par la réalité subjective de leurs expériences et de celles de leurs clients.


Brigitte Axelrad est professeur honoraire de philosophie et de psychosociologie, vice-présidente de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique), membre du Comité de rédaction de la revue Science et pseudosciences de l’AFIS et membre de l’Observatoire zététique de Grenoble.

Son ouvrage « Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée » a été publié en septembre 2010 aux Éditions Book-e-book, éditions papier et électronique, puis traduit en anglais sous le titre « The Ravages of False Memories or Manipulated Memory » en avril 2011 par la BFMS (British False Memory Society).

The Ravages of False Memories – or Manipulated Memory

 

Je me souviens donc je me trompe

Hits: 81

C’est le titre de l’émission d’ARTE sur la mémoire,  diffusée le samedi 10 décembre 2016 à 22h35, en co-production avec CNRS Images, un reportage consacrée aux faux souvenirs. J’ai enregistré un extrait  pour les visiteurs du site, les 23 premières minutes, à voir dans ma page audio/vidéo.
Les plus grands scientifiques mondiaux de la mémoire y ont contribués :
américains : Prof. Élizabeth Loftus, Prof. Daniel Schacter, Thomas Ryan (MIT); Prof. Suzumu Tonegawa;
allemands : Prof. Jan Born (Univ. Tübingen);
japonais : Prof. Hinomu Tanimoto (Univ. Tohoku à Sendaï);
français : Prof. Pascal Roulet (neurobiologiste CNRS), Karim Benchenane (CNRS), Prof. CHU Philippe Birmes, Romain Bouvet (CNRS).

Ils expliquent en français l’état de la connaissance scientifique sur la mémoire.

Le prof. Pascal Roulet et son équipe a fait une découverte capitale : nous modifions nos souvenirs quand nous les utilisons, se rappeler change le souvenir.

Congrès de Deauville

Hits: 158

Le Congrès organisé par Normantecc les 3 et 4 juin 2016 à Deauville a été un succès, malgré les difficultés de déplacement liées à la grève SNCF. Il a été suivi par plus de 200 participants (psychologues, psychothérapeutes et psychiatres). Les thèmes traités, ainsi que l’approche résolument dynamique des Thérapies Comportementales et Cognitives, m’ont beaucoup intéressée.

Les conférenciers de haut niveau ont traité leur sujet avec brio. J’ai relevé notamment les interventions de Laurent Bègue sur la construction du jugement moral, de Pascal de Sutter qui a répondu à la question : dans la réalité, peut-on vraiment modifier les comportements sexuels, ou encore de Didier Pleux sur la psychothérapie existentielle, qui a parlé du retour en force de l’émotionnel, des empreintes,  des cicatrices affectives qui peuvent s’ouvrir de nouveau même après une thérapie. L’écoute et l’empathie ne peuvent suffire à permettre au patient de mieux vivre. J’ai aussi beaucoup apprécié que les questions de l’auditoire soient de vraies questions et pas, comme souvent, des exposés qui font la promotion de celui qui les pose.
Les pauses ont été l’occasion d’échanges intéressants.

IMG_0324-(5)_web

Ma présentation a été introduite par Didier Pleux, elle a duré 1H15 et a été suivie de questions des psychologues, psychothérapeutes, psychiatres présents.

J’ ai relevé une  question particulièrement intéressante d’une psychologue :
– Une de mes patientes, après une séance d’hypnose me dit avoir retrouvé un souvenir d’abus “subi” dans son enfance. Dois-je la croire et comment dois-je réagir ?
J’ai répondu :
– la plupart des chercheurs considèrent que la mémoire est un processus de construction, quand on récupère un souvenir on va récupérer ce qui correspond à nos buts , à nos croyances à nos valeurs. On est loin de la métaphore de l’ordinateur ou de l’appareil photographique. On construit nos souvenirs. Le souvenir ainsi retrouvé pourrait être vrai ou faux et il n’y avait aucun moyen de différencier un vrai souvenir d’un faux souvenir, en l’absence de corroboration extérieure.
– en ce qui concerne la deuxième question, j’ai dit que je n’étais pas thérapeute et ne pouvait donc pas répondre à ce titre, mais je peux vous faire part d’une image de Jacques Van Rillaer : plutôt que de donner une pelle au patient pour creuser davantage, il vaut mieux lui donner une échelle pour l’aider à sortir du trou.
IMG_0321-(3)_web

Didier Pleux a conclu qu’il regrettait de ne pas m’avoir invitée plus tôt et qu’il me réinviterait à d’autres manifestations.

Pour conclure, je pense avoir fait œuvre utile.

Conférence à VIERZON

Hits: 246

CCMM Val-de-LoireLe CCMM Val-de-Loire organise une conférence à  :
VIERZON le 11 mars 2016  de 18h30 / 20h30
Centre de Congrès  –  16 rue de la Société Française
Le thème : Faux souvenirs et manipulation mentale
Après la conférence je répondrai aux questions de l’auditoire
Contact : CCMM Centre Val-de-Loire
email: ccmm8cvdl@wanadoo.fr
Tel: 06 33 15 15 82

Les psychologues du Cher ont aussi annoncé la conférence

assoc_psy_du_cher_web

Conférence à Vizille

Hits: 235

Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée en thérapie

Mardi 24 novembre 20:30 – Durée : 1 heure 30 minutes
Lieu : Lycée des portes de l’Oisans – 960 Avenue Aristide Briand – Vizille

Orateur : Brigitte AXELRAD (professeur honoraire de philosophie et de psychosociologie, membre du Comité de rédaction de la revue Science et pseudosciences de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique)

DL-Vizille_rotation_web2

“La mémoire est fragile. Il est en effet possible de modifier les souvenirs d’une personne par la manipulation mentale ou même au cours d’une psychothérapie. L’exemple le plus marquant est celui des faux souvenirs retrouvés au cours d’une psychothérapie qui démolissent le patient et sa famille.
Ces dernières années, le phénomène des faux souvenirs a été étudié par des chercheurs en psychologie et a fait l’objet d’expériences. Je développerai cet aspect des recherches scientifiques dans mon exposé et je l’illustrerai à l’aide de courts extraits de vidéos. “

Aux États-Unis, puis en France, certaines personnes adultes ont retrouvé, au cours d’une psychothérapie, des souvenirs d’abus sexuels qu’elles auraient subis pendant leur enfance. Or, certaines d’entre elles se sont rendu compte plus tard que les évènements remémorés ne s’étaient jamais produits et que ces souvenirs retrouvés étaient donc de faux souvenirs.

Au lieu de les conduire vers la guérison, ces psychothérapies ont entraîné des ravages chez les patients et ont démoli leurs familles.
Dès lors, deux camps ont émergé :
– d’un côté, un certain nombre de psychothérapeutes, psychiatres, psychanalystes, psychologues ou thérapeutes autoproclamés, sont convaincus que les difficultés existentielles de leurs patients sont causées par des traumatismes subis dans l’enfance, qui auraient été refoulés et dont il faut retrouver le souvenir pour guérir. Selon eux, les souvenirs retrouvés en thérapie sont vrais et ceux qui pensent le contraire sont en déni,
– de l’autre côté, des chercheurs et des scientifiques de la mémoire ont trouvé ces affirmations fondamentalement invraisemblables. Les souvenirs de traumatismes peuvent être inexacts par rapport aux détails spécifiques, mais de nombreuses recherches ont indiqué que l’essentiel des événements traumatiques a très peu de chances d’être oublié. Les auteurs montrent que la mémoire est fragile et malléable, qu’elle est sensible aux techniques de suggestion et que, par conséquent, tous les souvenirs retrouvés d’abus sexuels ne sont pas nécessairement vrais.
La question se pose alors de savoir comment faire la différence entre les vrais et les faux souvenirs et comment résoudre la contradiction entre ces points de vue.
Alors que la communauté scientifique exige des preuves scientifiques pour valider une position, la communauté des thérapeutes est plus convaincue par la réalité subjective de leurs expériences et de celles de leurs clients.

Parmi les auditeurs de la conférence (61 personnes), se trouvaient aussi des victimes de ces “thérapies de la mémoire retrouvée” .

Avec la collaboration du Club CNRS du Dauphiné et de la Ville de Vizille et le soutien des Municipalités de Champ sur Drac et de Jarrie.

Contact : herve.nifenecker@free.fr
Entité organisatrice : (Association des Cafés des Sciences du Pays Vizillois)
Nature évènement : (Conférence / débat)
Nature évènement : (Grand public)

 

Colloque du GEMPPI à Marseille

Hits: 295

Logo Gemppi

Didier Pachoud Président du GEMPPI m’a invitée à faire un exposé au cours de son colloque annuel :

LES DETOURNEMENTS SECTAIRES

DU PSYCHOSOMATIQUE

SAMEDI 3 OCTOBRE 2015 DE 9H A 17H00

A l’Espace Ethique Méditerranéen (EEM)

  Hôpital adultes de La Timone    264, rue St Pierre 13005 Marseille

IMG_7416_corr_web

Photo à la la fin de mon exposé avec Didier Pachoud près de  l’écran vidéo

 

Chaque conférence a été suivie d’un débat libre avec les participants. Les conférences et les débats font l’objet de publications écrites et audio-visuelles et éventuellement de retransmissions télévisées (Plusieurs journalistes sont invités).

Les intervenants:
– Dr Yann Le Coz (DU de psychosomatique intégrative)
– Dr Michel CAILLOL (chirurgie orthopédique), Docteur en philosophie (éthique et politique), Master Sciences-Po Paris
– Mme Chantal GATIGNOL, conseillère santé à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires – Miviludes
– Dr Jean-Marc-Xavier Henry, psychiatre, hôpital de la Conception – Marseille.
– Mme Sandrine Mathen, psychologue et analyste au CIAOSN
– Mme Brigitte Axelrad. Professeur honoraire de Philosophie et de Psychosociologie : Les ravages des faux souvenirs et la mémoire manipulée en thérapie.
– Dr Jean-Pierre BOUYSSOU, psychiatre, administrateur au Centre Contre les Manipulations Mentales.
Gratuit, mais inscription obligatoire à : GEMPPI BP 30095 13192 Marseille Cedex 20
Tel. 04 91 08 72 22. Portable : 06 98 02 57 03
Courriel : gemppi@wanadoo.fr – www.gemppi.org

En introduction il écrit:

Les médecines non conventionnelles, pour ne pas dire dans certains cas, les superstitions thérapeutiques s’infiltrent dans tous les rouages de la société. Elles sont de plus en plus utilisées comme produit d’appel par certains mouvements sectaires. Elles sont très souvent dogmatiques et prétendent pouvoir décrypter tous les langages du corps lesquels révéleraient notre psychisme, voire notre âme et même celle de nos ancêtres. De nombreuses propositions thérapeutiques s’inspirent de ces élucubrations et elles sont très souvent présentées avec un vocabulaire scientifique, médical, psychologique pour désigner des choses qui jusqu’à présent étaient de l’ordre de la croyance et de l’occultisme. Il devient de plus en plus difficile pour nos concitoyens de faire de vrais choix thérapeutiques dans cette confusion et de discerner ce qui est sérieux, plausible et ce qui relève du charlatanisme.