Archives de catégorie : médias

articles et émissions

Décès de Scott Lilienfeld

Vues : 547

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès du Professeur Lilienfeld, le 30 septembre 2020. Il m’avait  accordé une interview passionnante sur l’amnésie post-traumatique, amnésie dissociative traumatique, publiée en avril 2015 par Science et pseudosciences n°312 : https://www.afis.org/La-memoire-manipulee-Souvenirs-refoules-faux-souvenirs-et-delai-de-prescription

Lilienfeld, Lynn, & Lohr (2003, 2015) ont défini une méthode puissante pour distinguer  science et pseudoscience. Ils ont notamment écrit les  signes d’alerte d’une pseudoscience.

Image

https://gizmodo.com/why-do-people-believe-in-pseudoscience-1833193811?utm_medium=sharefromsite&utm_source=gizmodo_twitter&utm_campaign=bottom

Scott O. Lilienfeld

Professor, Psychology, Emory College, and the editor of Science and Pseudoscience in Clinical Psychology, among other books

Our minds tend to seek out and detect patterns; that’s basically an adaptive tendency, as it helps us to make sense of our often bewildering worlds and to avoid danger. We are prone to seeing order in disorder and sense in nonsense. For example, when we eat a meal and feel sick soon afterwards, we try to think about what we ate that might have given us food poisoning. That’s entirely reasonable. But the tendency to find meaningful patterns in data can also lead us to erroneous conclusions, such as vast conspiracy theories or the belief that vaccines cause autism. In these cases, we are usually perceiving systematic associations that aren’t there. We also shouldn’t underestimate the role of emotion. Many of us are drawn to pseudoscientific beliefs, such as belief in spirit mediums, because we understandably yearn to make contact with our departed loved ones. Many of these beliefs also afford us a sense of control, even if this sense is illusory; for example, astrological horoscopes reassure us that we can forecast the otherwise unpredictable events of the forthcoming day. We all harbor deep-seated wishes for greater hope and control over our lives, so it’s not surprising that many of us are prone to these beliefs.

 

Notre esprit a tendance à chercher et à détecter des modèles ; il s’agit essentiellement d’une tendance adaptative, car elle nous aide à donner un sens à nos mondes souvent déroutants et à éviter le danger. Nous sommes enclins à voir l’ordre dans le désordre et le sens dans le non-sens. Par exemple, lorsque nous mangeons un repas et que nous nous sentons malades peu après, nous essayons de penser à ce que nous avons mangé et qui aurait pu nous donner une intoxication alimentaire. C’est tout à fait raisonnable. Mais la tendance à trouver des schémas significatifs dans les données peut également nous conduire à des conclusions erronées, comme les vastes théories de conspiration ou la croyance que les vaccins provoquent l’autisme. Dans ces cas, nous percevons généralement des associations systématiques qui n’existent pas. Nous ne devons pas non plus sous-estimer le rôle de l’émotion. Beaucoup d’entre nous sont attirés par des croyances pseudo-scientifiques, telles que la croyance aux médiums spirituels, parce que nous aspirons naturellement à entrer en contact avec nos proches décédés. Beaucoup de ces croyances nous donnent également un sentiment de contrôle, même si ce sentiment est illusoire ; par exemple, les horoscopes astrologiques nous rassurent sur le fait que nous pouvons prévoir les événements autrement imprévisibles du jour à venir. Nous nourrissons tous des souhaits profonds pour plus d’espoir et de contrôle sur nos vies, il n’est donc pas surprenant que beaucoup d’entre nous soient enclins à ces croyances.

En ce qui concerne la pseudo-science médicale, je pense que les gens se font avoir parce que les charlatans utilisent une terminologie médicale et des mots à consonance scientifique que le commun des mortels ne peut pas reconnaître comme du charabia.

Scott Lilienfeld est décédé le 30 septembre 2020. Il était professeur de psychologie à l’université Emory à Atlanta. Il était largement reconnu comme la plus grande autorité en matière de pseudo-science en psychologie, ainsi que comme un éminent spécialiste de la psychopathie. Plus récemment, il a commencé à explorer l’interface entre la psychologie, la politique et la polarisation de la société. Il était également réputé pour sa gentillesse et sa simplicité.

Scott était un géant de la psychologie et l’impact de ses recherches sera évidemment durable”, déclare Thomas Costello, un étudiant diplômé d’Emory dans le laboratoire de Lilienfeld. “Mais son héritage parmi ses collègues et ses étudiants est avant tout sa chaleur, son empathie et sa gentillesse, ainsi que son courage intellectuel et moral. Tous ceux qui ont connu Scott ont été étonnés par son humanité”.

“Il a traité les étudiants comme des collègues dès le premier jour”, déclare Shauna Bowes, qui a rejoint le laboratoire de Lilienfeld en tant que junior dans le programme de neuroscience, comportement et biologie et qui est maintenant une étudiante diplômée du laboratoire. “Scott ne vous a jamais fait sentir petit ou inadéquat. Tout ce que vous apportiez à la table, il le regardait et en discutait. Il vous a construit. Il n’était pas seulement un grand intellect et un titan dans son domaine. C’était une personne merveilleuse.”

“Nous avons perdu un grand ami et collègue, et nos étudiants ont perdu un maître enseignant”, ajoute Patricia Brennan, professeur et directrice du département de psychologie d’Emory. “C’est une perte non seulement pour Emory, mais pour tout le domaine et le monde entier.”

Lilienfeld, qui avait 59 ans, est née et a grandi à New York. Il a étudié à l’université de Cornell et a ensuite obtenu un doctorat en psychologie clinique à l’université du Minnesota. Il a rejoint la faculté Emory en 1994, où il s’est forgé une réputation internationale en tant que chercheur clinique spécialisé dans la psychopathie et autres troubles de la personnalité.

Lilienfeld est également devenu un défenseur acharné et courageux de la rigueur scientifique dans son domaine. Il a mené la charge contre la “sagesse” psychologique non prouvée, contestant la validité de certains outils de diagnostic et de thérapies largement répandus. En 2002, il a fondé une revue, “The Scientific Review of Mental Health Practice”, dans le but déclaré de présenter “des enquêtes objectives sur des allégations controversées et peu orthodoxes en psychiatrie clinique, en psychologie et en travail social”.

En plus de publier plus de 350 articles de revue, Lilienfeld a étendu son champ d’action au grand public. Il a souvent été commentateur expert pour les principaux médias sur des sujets de psychologie, et a régulièrement contribué à des articles dans le New York Times, Psychology Today, Scientific American et d’autres médias.

Il a écrit et édité des manuels scolaires influents et des livres destinés à un large public. Parmi les titres populaires qu’il a cosignés, on peut citer “50 Grands Mythes de la Psychologie Populaire : Shattering Widespread Misconceptions about Human Behavior”, “Brainwashed : The Seductive Appeal of Mindless Neuroscience” et “What’s Wrong with the Rorschach ? La science face au test controversé des taches d’encre”.

“Il était extraordinairement dévoué à l’éducation à tous les niveaux, y compris au grand public”, dit Brennan. “Il voulait aider les gens à apprendre à penser de manière critique afin qu’ils puissent devenir de meilleurs citoyens.”

Ces dernières années, Lilienfeld a commencé à explorer le rôle de la psychopathie et des troubles de la personnalité en relation avec la politique, le leadership et la polarisation de la société. Il a publié un article d’opinion dans le New York Times en 2015, “The Narcissist in Chief”, qui faisait référence à l’ascension politique de Donald Trump et à la question de savoir si le public devait tenir compte de la personnalité lorsqu’il votait pour des candidats à la présidence.

Financé par une subvention de Templeton, le laboratoire de Lilienfeld a commencé à étudier si l’humilité intellectuelle peut tempérer l’extrémisme et la polarisation et, si oui, si c’est une compétence qui peut être enseignée et apprise. Comme l’a résumé Lilienfeld : “Il est bon d’être en désaccord si nous avons du respect pour l’autre partie. Lorsque nous sommes en désaccord au point de ne pas nous aimer ou de nous détester, il y a un risque accru de discorde, d’extrémisme et de violence”.

Qu’il repose en paix.

 

Mon article publié dans Causeur de mars 2018

Vues : 221

La revue Causeur de Mars 2018 publie  l’un de mes articles sous le titre : “Notre  cerveau n’est pas un disque dur”. Celui-ci démystifie la notion d’« amnésie traumatique »,  une notion dépourvue de toute preuve scientifique, rejetée par une large majorité de la communauté des chercheurs en psychologie,  et qui sert de prétexte à certaines féministes pour demander l’allongement du délai de prescription.

Voici l’annonce de l’article :

Les femmes, sexe fort malgré elles

Rubrique actualités, la barque est bien chargée. Chez le beau sexe, Brigitte Axelrad et Peggy Sastre démontent coup sur coup deux mythes féministes. La professeur de psycho-sociologie Axelrad démystifie la notion d’« amnésie traumatique » en vertu de laquelle certaines féministes prétendent qu’un viol subi dans l’enfance ou l’adolescence peut être occulté puis remémoré à l’âge adulte. Une notion dépourvue de toute scientificité. De son côté, la darwinienne Peggy Sastre déconstruit l’idée d’une solidarité féminine fondée sur la seule appartenance au sexe faible. De la cellule au marché du travail, les femmes ne cessent au contraire de lutter entre elles…

Je me souviens donc je me trompe

Vues : 313

C’est le titre de l’émission d’ARTE sur la mémoire,  diffusée le samedi 10 décembre 2016 à 22h35, en co-production avec CNRS Images, un reportage consacrée aux faux souvenirs. J’ai enregistré un extrait  pour les visiteurs du site, les 23 premières minutes, à voir dans ma page audio/vidéo.
Les plus grands scientifiques mondiaux de la mémoire y ont contribués :
américains : Prof. Élizabeth Loftus, Prof. Daniel Schacter, Thomas Ryan (MIT); Prof. Suzumu Tonegawa;
allemands : Prof. Jan Born (Univ. Tübingen);
japonais : Prof. Hinomu Tanimoto (Univ. Tohoku à Sendaï);
français : Prof. Pascal Roulet (neurobiologiste CNRS), Karim Benchenane (CNRS), Prof. CHU Philippe Birmes, Romain Bouvet (CNRS).

Ils expliquent en français l’état de la connaissance scientifique sur la mémoire.

Le prof. Pascal Roulet et son équipe a fait une découverte capitale : nous modifions nos souvenirs quand nous les utilisons, se rappeler change le souvenir.

La mémoire manipulée : le dossier AFIS

Vues : 327

bandeau_afis

J’ai coordonné ce dossier pour le N°312 Avril 2015 de Science et pseudosciences. Un dossier de presse en donne le sommaire et quelques extraits. La revue est disponible chez les marchands de journaux. Les spécialistes français et étrangers de la mémoire ont contribué à ce numéro exceptionnel, notamment Richard McNally et Scott Lilienfeld (États-Unis), Hedwige Dehon (Belgique). Le dossier de presse a a été envoyé aux élus… et associations

Voici le sommaire du dossier :

 

Dossier : La mémoire manipulée 13
Souvenirs refoulés, faux souvenirs et délai de prescription (Brigitte Axelrad) 14
Quelle est la validité scientifique du refoulement ? (entretien avec Richard McNally) 18
Les « thérapeutes de la mémoire retrouvée (entretien avec Scott O. Lilienfeld) 22
Les faux souvenirs et les faux aveux sont-ils possibles ? (Hedwige Dehon) 24
Les faux souvenirs dans les entrevues d’enquête auprès des témoins ou victimes (Magali Ginet) 29
L’aveu, la « reine des preuves » ? (Brigitte Axelrad) 35
Peut-on immuniser les témoins contre les souvenirs erronés ? (Céline Launay, Jacques Py et Maïté Brunel) 38
L’audition des témoins perturbée par les croyances et le sens commun (Samuel Demarchi) 46
« Mort imminente », « enlèvements par des extraterrestres » : des phénomènes de faux souvenirs semblables ? (Hedwige Dehon) 54
Histoires de cas (Brigitte Axelrad) 59
 
Les facteurs communs aux psychothérapies (Jacques Van Rillaer) 62

Et ce n’est pas fini… le N°313, en préparation, comprendra un dossier sur l’hypnose, avec un article de Frédérique Robin de l’Université de Nantes, intitulé : Hypnose et Faux Souvenirs. Elle est l’auteur du livre Hypnose, Processus de suggestibilité et faux souvenirs, aux Éditions de boeck.

La loi peut-elle ignorer la science ?

Vues : 447

Avant-propos :A la suite de mon article , publié dans la revue de l’AFIS, l’association a publié un communiqué envoyé à tous les parlementaires français, dont voici un extrait :

Communiqué de l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS)

Abus sexuels, « souvenirs retrouvés » et manipulation mentale : la loi peut-elle ignorer la science ?


afis_small2

 

 

Communiqué de l’AFIS

25 novembre 2014

Une proposition de loi a été discutée au Sénat, visant à modifier le délai de prescription pour les agressions sexuelles commises sur des mineurs et s’appuyant sur l’affirmation que le caractère traumatisant de l’agression peut conduire à une prise de conscience ou à une révélation tardive d’un souvenir enfoui pendant plusieurs dizaines d’années. Elle reportait le point de départ du délai de prescription des agressions sexuelles au jour « où l’infraction apparaît à la victime dans des conditions permettant l’exercice de l’action publique » comme la jurisprudence le prévoit déjà pour les abus de bien sociaux. Le Sénat l’a modifiée en proposant de prolonger le délai de prescription de dix années supplémentaires, le portant à 30 ans après la majorité pour les viols et agressions sexuelles avec circonstances aggravantes.

Nous attirons l’attention des parlementaires 

Les crimes de viols sont particulièrement dévastateurs et il est indispensable, pour protéger les victimes et leur rendre justice, que le droit dispose d’outils pertinents. A ce titre, nous attirons l’attention des députés sur un texte de loi qui ne tient pas compte de la connaissance scientifique accumulée en termes de mémoire et de souvenirs enfouis, et qui, au nom de bonnes intentions, pourrait en réalité avoir des conséquences dramatiques pour des personnes innocentes et leurs familles.

Si le délai de prescription de l’abus de bien social démarre au moment où les faits sont découverts, c’est parce que ce délit peut aisément être occulté par les dirigeants d’entreprise qui s’en rendent coupables. Un abus de bien social laisse néanmoins des traces dans une comptabilité, ce qui rend les poursuites envisageables longtemps après les faits. il n’existe rien de tel en matière d’agression sexuelle. La mémoire n’est pas un livre de comptes.

La possibilité d’induire des faux souvenirs (phénomène de “faux souvenirs induits”) chez des sujets existe en revanche. Elle relève de la manipulation des personnes. Cette pratique dénoncée à plusieurs reprises par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) [1] a donné lieu à de nombreux procès aux États-Unis, et aussi en France, où un thérapeute a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris, le 12 juin 2012 [2].

La position des scientifiques et des professionnels

La majeure partie de la Communauté scientifique aux États-Unis et en Europe considère en effet que l’amnésie dissociative traumatique, autrement appelée refoulement, est un « morceau de folklore dénué de tout fondement scientifique convaincant » [4]. Les faux souvenirs induits retrouvés en thérapie sont dénoncés notamment par Elizabeth Loftus, Richard McNally, Scott O. Lilienfeld, mais aussi en Europe et en France notamment par Philippe-Jean Parquet [5], Paul Bensussan [6] et Caroline Eliacheff [7], entre autres.

La loi peut-elle ignorer la science ? 

La proposition de loi, qui se fonde sur ces deux notions (l’amnésie dissociative traumatique, le refoulement), loin d’aider les victimes, aggraverait les ravages des thérapies déviantes, qui font retrouver des “souvenirs enfouis” en utilisant des techniques de manipulation mentale ou l’hypnose. Les principales victimes de ces pseudo-thérapies sont, non seulement les individus et les familles accusés, mais aussi les patients.

Le professeur Elizabeth Loftus a déclaré : « Si les Français doivent traverser le même épisode tragique que les Américains lors de la guerre des souvenirs, je les plains sincèrement. »

L’AFIS reprend à son compte la conclusion énoncée par le Professeur Scott O. Lilienfeld : « Nous devons nous tourner vers des données bien établies, pas vers des intuitions viscérales. Nous devons distinguer les faits scientifiques de la fiction scientifique. Si nous ne le faisons pas, nous risquons de faire subir un préjudice grave à des personnes innocentes et à leurs familles. »[9]

L’exploitation du phénomène des faux souvenirs existe, il a fait des ravages. L’AFIS souligne que des décisions prises sous l’effet de l’émotion et sans considération de l’état des connaissances vont encourager la manipulation mentale et seront très lourdes de conséquences pour les personnes qui en seront victimes.

Références[1] Miviludes, Rapport 2007, p.159.

[2] Le vrai procès des faux souvenirs, Le Magazine Le Monde, 4 octobre 2014, p.21
Et : http://unadfi.org/Affaire-Yang-Ting…

[3] L’amnésie dissociative traumatique est une hypothèse non validée scientifiquement. Ce terme ne doit pas être confondu avec celui d’amnésie post-traumatique, phénomène dont l’existence est prouvée scientifiquement et dont les effets sur les victimes sont de faible durée, de quelques jours à quelques semaines.

[4] Interview de Richard McNally, « La mémoire manipulée – Souvenirs refoulés, faux souvenirs et délai de prescription  ».

[5] Philippe Jean-Parquet, Professeur de psychiatrie infanto-juvénile à l’université du droit et de la santé de Lille II, chef de service, exerce au Centre hospitalier et universitaire de Lille :
http://derive-sectaire.fr/philippe-…
http://videos.senat.fr/video/videos…

[6] Paul Bensussan, Psychiatre, expert agréé par la Cour de cassation et par la Cour pénale internationale :
http://www.paulbensussan.fr/
http://www.lanouvellerepublique.fr/…

[7] Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste :
http://www.huffingtonpost.fr/caroli…
http://www.huffingtonpost.fr/caroli…

[8] E.Loftus, Le Magazine Le Monde, 4 octobre 2014, p.22 :
La mémoire manipulée – Souvenirs refoulés, faux souvenirs et délai de prescription

[9] Interview de Scott O. Lilienfeld, « Souvenirs retrouvés, faux souvenirs et délai de prescription » :
La mémoire manipulée – Souvenirs refoulés, faux souvenirs et délai de prescription

 

Mis en ligne le 25 novembre 2014
3122 visites

Dernière minute :

En commission, le projet de loi avait été adopté par 31 voix contre 30. J’ai pu constater que de nombreux élus avaient tendance à croire que le refoulement ou l’amnésie dissociative traumatique (qui sont des théories non prouvées scientifiquement) étaient la même chose que l’amnésie  traumatique subie à la suite d’un choc (qui elle a une réalité objective) et qui disparaît le plus souvent après quelques jours ou quelques semaines.  
In fine, la proposition de loi UDI pour allonger de 10 années supplémentaires le délai de prescription a été repoussée à l’Assemblée Nationale, le 2 Décembre 2014, par 252 voix contre 191 *.