Le retour du CONCEPT DE refoulÉ ( juin 2019)

Hits: 13

Le retour du concept de refoulé : les allégations persistantes et problématiques des traumatismes oubliés de longue date **


“Le passé n’est jamais mort. Ce n’est même pas du passé”.
William Faulkner

Les chercheurs du monde entier se mobilisent pour dénoncer le retour du “refoulé” chez les cliniciens dans un article publié en juin 2019 dans Perspectives of Psychological Science. En voici les extraits principaux :

Henry Otgaar1,2, Mark L. Howe1,2, Lawrence Patihis3, Harald Merckelbach1, Steven Jay Lynn4, Scott O. Lilienfeld5, et Elizabeth F. Loftus6
1 Université de Maastricht, Pays-Bas
2 City, Université de Londres, Royaume-Uni
3 Université du Mississippi méridional
4 Université de Bighamton
5 Université Emory
6 Université de Californie, Irvine
Sous presse, Perspectives sur la science psychologique
La correspondance doit être envoyée à : Henry Otgaar, Henry.Otgaar@maastrichtuniversity.nl,
Faculté de psychologie et de neurosciences, section Psychologie légale, Université de Maastricht.

** The Return of the Repressed: The Persistent and Problematic Claims of Long-Forgotten Trauma
http://openaccess.city.ac.uk/id/eprint/22336/

Résumé 

Un traumatisme purement psychologique peut-il conduire à un blocage complet de la mémoire autobiographique ? Cette question de longue date sur l’existence de souvenirs refoulés a été au cœur des préoccupations de l’un des débats les plus animés de la psychologie moderne. Ces soi-disant guerres de mémoire ont pris naissance dans les années 1990 et de nombreux chercheurs ont supposé qu’elles étaient terminées. Nous démontrons que cette l’hypothèse est incorrecte et que la question controversée des souvenirs refoulés est vivante et bien vivante et peut-être même à la hausse. Nous passons en revue les recherches et les données convergentes tirées d’affaires juridiques qui révèlent ce qui suit que le sujet des souvenirs refoulés demeure actif dans les milieux cliniques, juridiques et universitaires. Nous démontrons que la croyance dans les souvenirs refoulés se produit sur une échelle non triviale (58%) et semble avoir augmenté chez les psychologues cliniciens depuis les années 1990.
Nous démontrons également que le concept scientifiquement controversé d’amnésie dissociative, qui, selon nous, est un terme de substitution pour le refoulement des souvenirs, a gagné en popularité. Enfin, nous passons en revue les travaux sur les aspects négatifs des effets de certaines techniques psychothérapeutiques, dont certaines peuvent être liées à la récupération des souvenirs “refoulés”. Les guerres de la mémoire n’ont pas disparu : elles ont continué à perdurer et contribuent à des conséquences potentiellement dommageables dans les contextes clinique, juridique et universitaire.

Mots-clés : Guerres de la mémoire ; Mémoire refoulée ; Refoulement ; Faux souvenirs ; Mémoire récupérée ; Thérapie

Souvenirs refoulés et amnésie dissociative dans le prétoire (au tribunal)
En 2017, un rapport ministériel français a été publié proposant de porter de 20 à 30 ans le délai de prescription des poursuites pour abus sexuels (Flament & Calmettes, 2017). Goodman, Brown et coll., 2013 ; voir aussi Connolly et Read, 2006).
Cependant, une raison plus controversée d’augmenter le délai de prescription donné dans le rapport était que les expériences traumatisantes d’abus pouvaient conduire à une amnésie dissociative (Dodier & Tomas, 2018). Dodier et Tomas ont fait remarquer à juste titre que l’utilisation d’un terme aussi controversé dans un rapport officiel du gouvernement pourrait amener les personnes ayant des antécédents de traumatisme à croire que leurs souvenirs traumatiques sont atypiques et que pour découvrir d’autres souvenirs, elles devraient se fier à des méthodes comme la thérapie de la mémoire récupérée qui pourrait entraîner de faux souvenirs.
Certes, les victimes peuvent prendre de nombreuses années pour révéler leurs expériences traumatisantes, mais comme nous l’avons déjà mentionné, il existe des explications plus plausibles que l’amnésie dissociative pour expliquer le retard à signaler la violence, comme le fait d’avoir honte du traumatisme et la réinterprétation de la violence (p. ex. Goodman-Brown, Edelstein, Goodman, Jones et Gordon, 2003, Schooler, 2001).
Cette question de la divulgation tardive est particulièrement pertinente en ce qui concerne le stress, car on accorde actuellement beaucoup d’attention aux cas historiques d’abus sexuels, comme ceux qui ont émergé de la discussion #MeToo, dont la grande majorité n’a rien à voir avec la répression de la mémoire ou le rétablissement (voir aussi Goodman et al. 2017).

Conclusion

Les affirmations de certains auteurs ont l’effet contraire, le sujet controversé des souvenirs refoulés et de l’amnésie dissociative continue d’être très vivant dans les contextes cliniques, juridiques et universitaires. Des sources de données convergentes suggèrent que les préoccupations concernant la croyance répandue dans les souvenirs refoulés sont loin d’avoir été résolues après les guerres de la mémoire des années 1990.
Parmi de nombreux professionnels différents (p. ex. les psychothérapeutes), le pourcentage de ceux qui croient aux souvenirs refoulés demeure élevé, généralement au-dessus de 50 %. De plus, l’idée de souvenirs refoulés n’est devenue populaire que sous un autre nom – amnésie dissociative – qui partage de nombreuses caractéristiques avec la mémoire refoulée et qui a le cachet supplémentaire d’être associée au manuel de diagnostic d e l’American Psychiatric Association (2013). De plus, la recherche indique la possibilité que certaines techniques thérapeutiques exercent des effets indésirables en augmentant potentiellement la probabilité d’avoir de faux souvenirs. Enfin, la question des souvenirs refoulés continue d’être abordée dans la salle d’audience et dans la documentation scientifique. Pris ensemble, ces différents éléments de preuve impliquent que les faux souvenirs retrouvés de mauvais traitements continuent de poser un risque important dans les milieux thérapeutiques, ce qui peut mener à de fausses accusations et à des erreurs judiciaires connexes.
Une question pertinente est de savoir comment corriger les idées erronées concernant le fonctionnement de la mémoire. Le fait que la mémoire refoulée inconsciente est encore acceptée avec peu de qualification et reste populaire parmi de nombreux professionnels de la santé mentale peut s’expliquer en partie par le fait qu’il est maintenant difficile de corriger les croyances erronées, une constatation qui est maintenant bien reprise. Plus précisément, lorsque les gens sont confrontés à toute forme de désinformation (p. ex., fausses nouvelles), il est difficile de corriger ces erreurs, un phénomène appelé effet d’influence continu (Lewandowsky, Ecker, Seifert, Schwarz, & Cook, 2012 ; voir aussi Lilienfeld, Marshall, Todd, & Shane, 2015) ou la persévérance des croyances (Anderson, Lepper, & Ross, 1980).
Cependant, des études récentes suggèrent que le fait d’informer les gens que leurs croyances fermement ancrées sont incorrectes (” prébunking “), et même de leur fournir l’information alternative correcte (démystification), peut souvent être efficace pour corriger ces croyances (p. ex. Blank & Launay, 2014 ; Crozier & Strange, sous presse). Outre l’application de ces méthodes provisoires mais prometteuses, il est crucial d’éduquer les individus, en particulier les professionnels du droit et les cliniciens, à la science de la mémoire. Cet effort est d’autant plus essentiel que ces professionnels sont souvent en contact étroit avec les victimes, les patients, les témoins et les suspects. De telles interactions sont une excellente occasion de contamination accidentelle de la mémoire. Par conséquent, la sensibilisation aux croyances potentiellement nocives au sujet des souvenirs refoulés devrait être une priorité dans les travaux cliniques et juridiques, ainsi qu’une priorité pour les psychologues en général.