Archives de catégorie : Non classé

Décès de Scott Lilienfeld

Vues : 43

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès du Professeur Lilienfeld, le 30 septembre 2020. Il m’avait  accordé une interview passionnante sur l’amnésie post-traumatique, amnésie dissociative traumatique, publiée en avril 2015 par Science et pseudosciences n°312 : https://www.afis.org/La-memoire-manipulee-Souvenirs-refoules-faux-souvenirs-et-delai-de-prescription

Lilienfeld, Lynn, & Lohr (2003, 2015) ont défini une méthode puissante pour distinguer  science et pseudoscience. Ils ont notamment écrit les  signes d’alerte d’une pseudoscience.

Image

https://gizmodo.com/why-do-people-believe-in-pseudoscience-1833193811?utm_medium=sharefromsite&utm_source=gizmodo_twitter&utm_campaign=bottom

Scott O. Lilienfeld

Professor, Psychology, Emory College, and the editor of Science and Pseudoscience in Clinical Psychology, among other books

Our minds tend to seek out and detect patterns; that’s basically an adaptive tendency, as it helps us to make sense of our often bewildering worlds and to avoid danger. We are prone to seeing order in disorder and sense in nonsense. For example, when we eat a meal and feel sick soon afterwards, we try to think about what we ate that might have given us food poisoning. That’s entirely reasonable. But the tendency to find meaningful patterns in data can also lead us to erroneous conclusions, such as vast conspiracy theories or the belief that vaccines cause autism. In these cases, we are usually perceiving systematic associations that aren’t there. We also shouldn’t underestimate the role of emotion. Many of us are drawn to pseudoscientific beliefs, such as belief in spirit mediums, because we understandably yearn to make contact with our departed loved ones. Many of these beliefs also afford us a sense of control, even if this sense is illusory; for example, astrological horoscopes reassure us that we can forecast the otherwise unpredictable events of the forthcoming day. We all harbor deep-seated wishes for greater hope and control over our lives, so it’s not surprising that many of us are prone to these beliefs.

 

Notre esprit a tendance à chercher et à détecter des modèles ; il s’agit essentiellement d’une tendance adaptative, car elle nous aide à donner un sens à nos mondes souvent déroutants et à éviter le danger. Nous sommes enclins à voir l’ordre dans le désordre et le sens dans le non-sens. Par exemple, lorsque nous mangeons un repas et que nous nous sentons malades peu après, nous essayons de penser à ce que nous avons mangé et qui aurait pu nous donner une intoxication alimentaire. C’est tout à fait raisonnable. Mais la tendance à trouver des schémas significatifs dans les données peut également nous conduire à des conclusions erronées, comme les vastes théories de conspiration ou la croyance que les vaccins provoquent l’autisme. Dans ces cas, nous percevons généralement des associations systématiques qui n’existent pas. Nous ne devons pas non plus sous-estimer le rôle de l’émotion. Beaucoup d’entre nous sont attirés par des croyances pseudo-scientifiques, telles que la croyance aux médiums spirituels, parce que nous aspirons naturellement à entrer en contact avec nos proches décédés. Beaucoup de ces croyances nous donnent également un sentiment de contrôle, même si ce sentiment est illusoire ; par exemple, les horoscopes astrologiques nous rassurent sur le fait que nous pouvons prévoir les événements autrement imprévisibles du jour à venir. Nous nourrissons tous des souhaits profonds pour plus d’espoir et de contrôle sur nos vies, il n’est donc pas surprenant que beaucoup d’entre nous soient enclins à ces croyances.

En ce qui concerne la pseudo-science médicale, je pense que les gens se font avoir parce que les charlatans utilisent une terminologie médicale et des mots à consonance scientifique que le commun des mortels ne peut pas reconnaître comme du charabia.

Scott Lilienfeld est décédé le 30 septembre 2020. Il était professeur de psychologie à l’université Emory à Atlanta. Il était largement reconnu comme la plus grande autorité en matière de pseudo-science en psychologie, ainsi que comme un éminent spécialiste de la psychopathie. Plus récemment, il a commencé à explorer l’interface entre la psychologie, la politique et la polarisation de la société. Il était également réputé pour sa gentillesse et sa simplicité.

Scott était un géant de la psychologie et l’impact de ses recherches sera évidemment durable”, déclare Thomas Costello, un étudiant diplômé d’Emory dans le laboratoire de Lilienfeld. “Mais son héritage parmi ses collègues et ses étudiants est avant tout sa chaleur, son empathie et sa gentillesse, ainsi que son courage intellectuel et moral. Tous ceux qui ont connu Scott ont été étonnés par son humanité”.

“Il a traité les étudiants comme des collègues dès le premier jour”, déclare Shauna Bowes, qui a rejoint le laboratoire de Lilienfeld en tant que junior dans le programme de neuroscience, comportement et biologie et qui est maintenant une étudiante diplômée du laboratoire. “Scott ne vous a jamais fait sentir petit ou inadéquat. Tout ce que vous apportiez à la table, il le regardait et en discutait. Il vous a construit. Il n’était pas seulement un grand intellect et un titan dans son domaine. C’était une personne merveilleuse.”

“Nous avons perdu un grand ami et collègue, et nos étudiants ont perdu un maître enseignant”, ajoute Patricia Brennan, professeur et directrice du département de psychologie d’Emory. “C’est une perte non seulement pour Emory, mais pour tout le domaine et le monde entier.”

Lilienfeld, qui avait 59 ans, est née et a grandi à New York. Il a étudié à l’université de Cornell et a ensuite obtenu un doctorat en psychologie clinique à l’université du Minnesota. Il a rejoint la faculté Emory en 1994, où il s’est forgé une réputation internationale en tant que chercheur clinique spécialisé dans la psychopathie et autres troubles de la personnalité.

Lilienfeld est également devenu un défenseur acharné et courageux de la rigueur scientifique dans son domaine. Il a mené la charge contre la “sagesse” psychologique non prouvée, contestant la validité de certains outils de diagnostic et de thérapies largement répandus. En 2002, il a fondé une revue, “The Scientific Review of Mental Health Practice”, dans le but déclaré de présenter “des enquêtes objectives sur des allégations controversées et peu orthodoxes en psychiatrie clinique, en psychologie et en travail social”.

En plus de publier plus de 350 articles de revue, Lilienfeld a étendu son champ d’action au grand public. Il a souvent été commentateur expert pour les principaux médias sur des sujets de psychologie, et a régulièrement contribué à des articles dans le New York Times, Psychology Today, Scientific American et d’autres médias.

Il a écrit et édité des manuels scolaires influents et des livres destinés à un large public. Parmi les titres populaires qu’il a cosignés, on peut citer “50 Grands Mythes de la Psychologie Populaire : Shattering Widespread Misconceptions about Human Behavior”, “Brainwashed : The Seductive Appeal of Mindless Neuroscience” et “What’s Wrong with the Rorschach ? La science face au test controversé des taches d’encre”.

“Il était extraordinairement dévoué à l’éducation à tous les niveaux, y compris au grand public”, dit Brennan. “Il voulait aider les gens à apprendre à penser de manière critique afin qu’ils puissent devenir de meilleurs citoyens.”

Ces dernières années, Lilienfeld a commencé à explorer le rôle de la psychopathie et des troubles de la personnalité en relation avec la politique, le leadership et la polarisation de la société. Il a publié un article d’opinion dans le New York Times en 2015, “The Narcissist in Chief”, qui faisait référence à l’ascension politique de Donald Trump et à la question de savoir si le public devait tenir compte de la personnalité lorsqu’il votait pour des candidats à la présidence.

Financé par une subvention de Templeton, le laboratoire de Lilienfeld a commencé à étudier si l’humilité intellectuelle peut tempérer l’extrémisme et la polarisation et, si oui, si c’est une compétence qui peut être enseignée et apprise. Comme l’a résumé Lilienfeld : “Il est bon d’être en désaccord si nous avons du respect pour l’autre partie. Lorsque nous sommes en désaccord au point de ne pas nous aimer ou de nous détester, il y a un risque accru de discorde, d’extrémisme et de violence”.

Qu’il repose en paix.