Cheveux courts ou cheveux longs ?

Hits: 175

par Brigitte Axelrad – SPS n°304, avril 2013

 Depuis quelque temps, l’un des styles prisés par certains hommes est le look « crâne rasé », qui fonctionne comme un signe de reconnaissance. Une étude parue dans la revue « Social and Psychological Science » et menée par Alfred Mannes, chercheur à l’Université de Pennsylvanie, indique que les crânes rasés sont jugés plus virils que les dégarnis, et même encore davantage que certains chevelus. Pourtant, ce style n’est pas au goût de tout le monde.

Claude Vorilhon, alias Raël, leader du Mouvement Raëlien [1], a déclaré dans un communiqué de presse du 26 octobre 2012 [2], qu’il était important « de ne pas raser le système pileux d’un être qui aura à s’en servir. Vous avez sûrement remarqué que beaucoup de vos savants avaient des cheveux très longs et souvent une barbe ; les prophètes et les sages également. Vous comprenez mieux pourquoi maintenant ». Ceci s’expliquerait par le fait que : « Le cerveau de l’homme est comme un gros émetteur capable d’envoyer une multitude d’ondes et de pensées très nettes. La télépathie n’est en fait rien d’autre. Mais cette espèce d’émetteur a besoin d’antennes. Les antennes, ce sont les cheveux et la barbe. »

Pour justifier leur théorie, les Raëliens prétendent s’appuyer sur certains rapports récents de l’armée américaine selon lesquels les soldats enrôlés comme pisteurs pendant la guerre au Vietnam n’auraient pas été simplement autorisés à garder leurs cheveux longs, mais y auraient été contraints. Ceux dont les cheveux auraient été coupés très courts auraient échoué dans leur mission de « sentir » l’ennemi, de « lire » des signes subtils et d’accéder à de l’information extrasensorielle.

Revenant à la Bible, dont ils se targuent d’expliquer « scientifiquement » les évènements, ils interprètent l’histoire de Samson, qui, devenu Juge d’Israël après avoir égorgé un lion à mains nues et tué avec une mâchoire d’âne 1000 Philistins, fut séduit par Dalila. D’après Le Livre des Juges, il lui révéla alors que sa chevelure, qui n’avait pas été coupée depuis sa naissance, était le secret de sa force. Chargée par les Philistins de lui enlever son pouvoir, Dalila lui coupa ses sept tresses et Samson fut vaincu. Lorsque ses cheveux repoussèrent, Samson fit s’écrouler de ses mains les colonnes du palais. Pour les Raëliens, aucun doute, si Samson perdit sa force en perdant sa chevelure, c’est parce que : « Samson pouvait communiquer avec nous directement, par télépathie, grâce à ses “antennes” naturelles : ses cheveux. »

Le Mouvement Raëlien se présente comme une religion sans dieu. Les Elohim seraient des extraterrestres au sommet de l’évolution technologique et scientifique, leur monde serait un monde parfait où le travail serait assuré par des robots biologiques. Ils prétendent avoir créé l’espèce humaine en laboratoire grâce à la génétique, il y a 25 000 ans. Progressant sur le chemin de la connaissance, leurs créatures, les humains, auraient peu à peu découvert les techniques de leurs créateurs mais ils en feraient mauvais usage. Les Elohim auraient donc décidé de faire venir sur Terre le dernier prophète, Raël, né en 1946, an 1 A.H (après Hiroshima !) du calendrier raëlien.

Les Raëliens exploitent les avancées de la science. Comme ils l’avaient fait à propos du clonage [4], ils utilisent maintenant la découverte des neurosciences selon laquelle les informations circulent dans le cerveau à l’aide de courant électrique et peuvent être détectées à l’extérieur du crâne par la mesure des champs magnétiques émis par le cerveau ou par des électrodes implantées, permettant d’agir sur les objets extérieurs par la seule activité cérébrale. La nouvelle technologie BrainGate est un système d’implants neuronaux mis au point en 2003 par la société de biotechnologie Cyberkinetics, en collaboration avec le département de Neurosciences de l’Université Brown. [5] L’appareil a été conçu pour aider des personnes atteintes d’une paralysie extrême. La puce, implantée dans le cerveau du patient, surveille son activité cérébrale et convertit son intention en commandes informatiques. Elle utilise une centaine d’électrodes fines comme un cheveu, (eh oui !), qui réagissent à la signature électromagnétique des neurones dans certaines régions spécifiques du cerveau, par exemple la zone qui contrôle les mouvements du bras. L’activité est traduite en signaux électriques qui sont ensuite envoyés et décodés à l’aide d’un programme, qui peut faire bouger soit un bras robotisé soit un curseur informatique. [6]

À Grenoble, le laboratoire Clinatec, qui rassemble des équipes pluridisciplinaires de médecins, d’ingénieurs et de technologues, travaille notamment sur un projet d’interface cerveau-machine. Ces recherches font suite aux travaux précurseurs du Professeur Louis Alim Benabid au CHU de Grenoble. Vous avez peut-être vu le film « Firefox » (1982), dont le héros, un agent américain incarné par Clint Eastwood, avait pour mission de s’emparer d’un avion de chasse soviétique révolutionnaire, qui pouvait être piloté directement par la pensée ! La recherche avance, la science-fiction d’hier devient peu à peu réalité, mais de là à prendre les cheveux et la barbe pour des antennes permettant de communiquer avec des extraterrestres, il y a évidemment un pas. Alors cheveux courts ou cheveux longs, à vous de choisir selon vos goûts ou les canons de la mode !

[1] Le Mouvement Raëlien prétend que les hommes ont été créés par des extra-terrestres, les Elohim, et que la fin du monde est prévue pour 2035. Les Raëliens s’affirment anti-déistes et anti-évolutionnistes. Les adeptes sont des « élus choisis » par les Elohim, pour être sauvés lors de l’Apocalypse (Mouvements sectaires : ces gourous qui nous manipulent).
[2] www.romandie.com/news/n/Raso…
[3] www.sceptiques.qc.ca/diction…
[4] Voir Bertrand Jordan, « Raël et le clonage humain », SPS n° 249, novembre 2001 : « Le clonage est en plein accord avec l’idéologie raélienne : cette secte 100 % scientiste est très favorable à toutes les utilisations du génie génétique, et envisage une immortalité scientifique obtenue par le clonage d’un (jeune) adulte à partir d’un individu âgé suivi du « transfert » de toutes les mémoires de l’un à l’autre. »
[5] www.cyberkineticsinc.com
[6] http://sante.lefigaro.fr/actualite/…
www.inserm.fr/thematiques/te…