L’interview de Lawrence Patihis

Hits: 162

L’interview de Lawrence Patihis

A la suite de l’étude :  La guerre des souvenirs est-elle finie ? Un fossé entre scientifiques et praticiens sur la croyance dans les souvenirs refoulés. (Lire  ici : La guerre des souvenirs est-elle finie ?)



Patihis_webJ’ai demandé à Lawrence Patihis de répondre à quelques questions.

1-  Pourquoi les résultats de votre étude sont-ils  importants ? Quelles sont les conséquences pour le grand public?

L.P. Les résultats sont importants, car ils enlèvent les bandages sur la plaie afin que la profession puisse  tenir compte du fait qu’il y a encore un problème. Ce serait peut-être mieux de ne pas regarder, mais le problème est toujours là. Il y a des esprits plus évolués et plus expérimentés dans la profession qui peuvent probablement faire un meilleur travail pour réduire l’écart que ne peut le faire un jeune diplômé comme moi – mais je pense que nos résultats d’enquêtes sont fiables. Bien sûr, le sujet est d’une importance cruciale pour les psychothérapeutes et leurs clients, tout le monde le sait, mais ce que les gens ne réalisent pas, c’est qu’il touche tout le monde – que vous croyiez qu’il y a une boîte noire de souvenirs refoulés horribles rangés dans une sorte de vacuole dans le cerveau, ou pas, cela change complètement la façon dont vous allez évaluer les problèmes actuels, et bien sûr la façon que vous aurez de blâmer vos parents pour les difficultés actuelles que vous rencontrez. Certainement, chacun appréhende ces choses à un moment ou un autre.

  1. Pourquoi les thérapeutes cliniciens sont-ils plus disposés que les scientifiques à accepter les souvenirs refoulés comme véridiques ?

L.P. Je n’en suis pas sûr. L’un de nos co-auteurs, Scott Lilienfeld, a mis en avant  une recherche qui montre que les cliniciens sont beaucoup plus enclins à faire confiance à l’expérience clinique, par rapport aux chercheurs, qui ont tendance à faire plus confiance à la recherche expérimentale qu’à l’expérience clinique. C’est peut-être la clé de la fracture – parce qu’il existe de nombreux rapports anecdotiques de guérison provenant de la récupération des souvenirs refoulés, mais, en même temps, il n’existe pas de preuve expérimentale crédible de cela, aux yeux de la plupart des chercheurs.

Une autre raison possible pourrait être que les thérapeutes sont à la fois empathiques et sont émus par les rapports de souvenirs refoulés de leurs clients. Nous n’avons pas ces données pour les psychologues, mais en premier cycle nous avons constaté que ceux qui étaient les plus empathiques  ont un peu plus tendance à croire en des souvenirs refoulés. C’est un bon résultat car il montre à des chercheurs sceptiques, comme moi, que ces croyances pourraient  émerger de qualités positives (plutôt que de la stupidité ou d’un manque d’intelligence).

3- Pouvez-vous décrire quelques-unes des plus solides preuves scientifiques qui les contredisent ou démystifient l’idée de souvenirs refoulés ?

L.P. De la même manière que vous ne pouvez pas réfuter qu’il y a une théière en orbite autour de la planète Mercure, il est extrêmement difficile de réfuter l’idée des souvenirs refoulés. La science ne fonctionne pas de cette façon en tout cas. De la même manière que nous avons des brins convergents de recherche qui nous conduiraient à croire qu’il n’y a pas de théière en orbite autour de la planète Mercure, nous avons les mêmes preuves convergentes, dans les recherches sur la mémoire, qui tout simplement ne collent pas avec l’idée de la mémoire refoulée.

Notre co-auteur le Professeur Elizabeth Loftus, avec le Professeur de Harvard Richard McNally, Frederick Crews de Berkeley, Allan Esterson, Harrison Pope de Harvard, et d’autres, ont probablement fait le meilleur travail de recherche sur le développement culturel de l’idée et des études qui prétendent montrer les souvenirs refoulés, et  les démystifier. Le travail de qualité comprend le livre de Loftus « Le mythe de la mémoire refoulée », et peut-être pour donner un regard plus direct sur la preuve scientifique,  c’est le livre de McNally « Remembering Trauma ».
Fondamentalement, les preuves convergent à partir de :

  • la consolidation de la mémoire de base,
  • la recherche sur la reconsolidation,
  • la recherche sur la distorsion de la mémoire, – et la recherche sur la mémoire traumatique.

Par exemple, le modèle standard de la consolidation de la mémoire n’a révélé aucune allusion à l’existence de la mémoire refoulée – en fait, quand de l’adrénaline est produite pendant et après un rappel du souvenir de l’événement, plus tard celui-ci est renforcé. Si le traumatisme est terrible, l’adrénaline serait libérée au moment de l’événement. Les symptômes du PTSD, bien sûr, comprennent les intrusions de la mémoire traumatique, et non leur répression.

La recherche sur les distorsions de la mémoire, pour laquelle notre co-auteur Elizabeth Loftus est connue, a démontré de façon fiable que les faux souvenirs peuvent être créés en utilisant les mêmes techniques que certains thérapeutes utilisent pour la recherche de souvenirs refoulés (imagerie guidée, interprétation des rêves, etc.)

Des recherches récentes de reconsolidation publiées dans les principales revues scientifiques internationales fournissent une explication neurologique de base sur la façon dont le souvenir peut être modifié, ce qui renforce les résultats de la recherche sur la distorsion de la mémoire.

C’est donc tout le champ de la recherche de haute qualité sur la mémoire qui, tout simplement, ne converge pas en faveur de la mémoire refoulée.

4-  Est-il même possible pour le cerveau de refouler des souvenirs?

L.P. Compte tenu de ce que la recherche a révélé sur la façon dont fonctionne la mémoire, je pense que le souvenir traumatique peut être oublié et qu’ensuite on peut s’en souvenir de nouveau, si on a des indices, plus tard. La mémoire traumatique peut aussi s’estomper avec le temps et ensuite être reconstruite à partir de fragments plus tard – parfois avec précision, d’autres fois pas de façon précise.

C’est tout à fait différent si, à partir d’un souvenir  inaccessible pendant des années alors qu’il est refoulé, et que des souvenirs extraordinaires émergent alors qu’ils étaient totalement inconnus au patient avant la thérapie. Ces différences apparemment infimes dans les définitions peuvent avoir des conséquences énormes là-bas dans le monde ou dans la thérapie.

5 – Le public semble généralement accepter la théorie de la mémoire refoulée. Pensez-vous que la culture pop (livres, films, des talk-shows) joue un rôle important dans la perpétuation de cette idée?

L.P. Oui, le public a tendance à lire des livres écrits par des psychologues qui publient directement en librairie sans examen préalable par les pairs, et le public a tendance à écouter les gens qu’ils respecte, comme Oprah Winfrey, pour des conseils sur des problèmes psychologiques. En outre, les histoires de récupération  de souvenirs refoulés horribles font des histoires vraiment captivantes. Comment fonctionne la mémoire est représenté de façon horrible à la télévision et dans les films – c’est un désastre total.

6- Quels sont les moyens de combler le fossé entre les chercheurs et les praticiens quand il s’agit de souvenirs refoulés?

L.P. Ma suggestion serait d’inclure un enseignement de seulement un semestre concernant la  recherche sur la mémoire dans tous les cours de :

  • troisième cycle en psychologie clinique,
  • pour le travail social, et
  • pour les thérapies familiales et le mariage.

Juste un cours non rhétorique allant de la preuve de la consolidation, l’encodage incomplet, la preuve de la reconstruction, les distorsions de la mémoire, et la recherche sur la mémoire traumatique.

Même si il y a quelques désaccords entre certaines des études, en présentant tous les éléments de preuve cela aurait probablement un impact extrêmement important sur le terrain et par conséquent améliorerait la vie de nombreuses personnes.

7- Si une personne a déjà été convaincue, par des séances de thérapie, d’un souvenir traumatique refoulé, comment auriez-vous procédé dans le traitement de cette personne ou quel traitement recommanderiez-vous?

L.P. Je vais laisser des suggestions de traitement pour mon co-auteur de la psychologie clinique, Scott Lilienfeld, à slilien@emory.edu

8- Ne pensez-vous pas relancer la polémique et la guerre des souvenirs ?

L.P. J’espère que cette étude mènera à des actions en aval de la route qui fixe l’écart scientifique-praticien. Bien que ce  soit probablement bon pour la publicité, je ne veux pas que cet article génère nécessairement une polémique hostile. Je pense que nous devons être ouverts aux idées sur la façon de combler l’écart sur les croyances au sujet de la mémoire refoulée des cliniciens et des chercheurs.

9- Quelles conséquences voyez-vous à cette fracture ?

L.P. Je tiens à souligner – c’est une fracture très grave, et même si vous ne pouvez pas le voir dans nos statistiques, cette fracture dans notre domaine peut conduire à des cas juridiques les plus terribles, à des  familles  divisées, à des cas de personnalités multiples, et même des suicides de ceux qui pensent qu’ils ont récupéré des souvenirs extraordinairement graves de traumatismes. Cela est dû à la gravité du problème aussi je me sens plus à l’aise en disant « c’est ce que les chercheurs de la mémoire croient ». De façon similaire,  dans cette enquête, nous nous appuyons sur l’immense connaissance des chercheurs établis en psychologie clinique – et ils ont également tendance à être d’accord avec les chercheurs sur la mémoire c’est seulement quand vous regardez ceux qui pratiquent  effectivement que vous voyez la croyance en la mémoire refoulée grimper considérablement.

10- Quelle est la difficulté à traiter de ce sujet ?

L.P. Ce sujet, très franchement, est probablement le plus troublant de toute la psychologie. Peu de gens veulent mettre leur tête sur le billot et même aborder le sujet. C’est presque comme si vous deviez l’éviter, comme le sujet de la politique ou de la religion, mais il est d’une importance centrale dans le domaine, en effet combler cette lacune pourrait entraîner les chercheurs et les cliniciens à se rapprocher  sur d’autres questions aussi. On peut imaginer un effet domino, si vous résolviez ce point d’achoppement, d’autres désaccords pourraient alors se résoudre -. par exemple sur l’opportunité de faire confiance à l’expérience clinique lors d’expériences contrôlées- ce genre de chose.