Jeûner pour combattre la radioactivité ?

Hits: 145

par Brigitte Axelrad – SPS n° 298, octobre 2011

Les recettes pour lutter contre les retombées radioactives.

 Vingt-cinq ans après Tchernobyl, la catastrophe de Fukushima a réactivé la peur des retombées radioactives sur notre santé. Profitant de l’occasion, des « illuminés » ont concocté des recettes qu’une certaine presse s’est empressée de relayer. Certains ont prôné, avec un grand sérieux, l’homéopathie. On trouve sur le Web1 des prescriptions homéopathiques ultra précises telles que Lycopodium 7 CH, (trois granules par jour pendant un mois) ou Iodum 7 CH, (3 granules pendant 7 jours, arrêt 7 jours puis 3 granules pendant 3 jours). Pourquoi pas 6 jours ou 8 jours ? On peut se demander sur quelles expériences et quelles études se fonde l’homéopathe ! D’autres ont préconisé les algues, le miso non pasteurisé (pâte fermentée alcalinisante, produite à partir de graines de soja qui peuvent aussi être mélangées à du riz ou de l’orge et qui contient plus de bactéries que le miso pasteurisé à proscrire), l’argile, l’ail, les betteraves rouges, le pollen, etc. Michel Dogna sur son site2 prescrit les « médicaments de lumière » recommandés par les Hathors3, qu’il présente comme « un groupe d’êtres interdimensionnels, intergalactiques, reliés à l’Égypte ancienne à travers les Temples de la Déesse Hathor, ainsi que d’autres cultures de la pré-histoire ». Selon les Hathors et Michel Dogna, il faut éviter, entre autres, tous les produits laitiers, la viande. Il ne faut pas sortir sous la pluie ou alors vite prendre une douche après et passer tous ses vêtements à la lessive. Il est préférable de faire ses courses avec un compteur Geiger, etc.

Le jeûne pour se protéger de la radioactivité.

Mais le fin du fin reste le jeûne. La pratique du jeûne est souvent préconisée pour purifier et fortifier son corps. Certains s’enfilent dans cette brèche et vantent les bienfaits du jeûne pour se protéger de la radioactivité. Dans TV Magazine du 26-06-2011, un journal gratuit, on lit :« Si vous avez le courage et l’occasion de la (cette pratique) tester, c’est le moment de le faire, d’autant plus si vous craignez la radioactivité. » En quoi, le jeûne protège-t-il de la radioactivité ? Quel est le rapport entre les deux ? Cela n’est dit nulle part. On brandit l’épouvantail de la radioactivité qui s’échappe de Fukushima. Elle s’ajoute à la radioactivité naturelle inévitable, radon émis par certaines roches granitiques, volcaniques ou uranifères, radiographie ou scanner, doses de rayonnement cosmique reçues pendant les voyages en avion…4 Enfin, le journaliste cite le Dr Vorobiev, ministre de la Santé en Russie en 1991 et 1992 et responsable de la commission Santé au moment de Tchernobyl : « Comme le montrent les études pratiques, le rayonnement et les radionucléotides disparaissent de l’organisme humain en seulement douze à quatorze jours de jeûne ». Il ajoute que le jeûne a réussi là où toutes les autres thérapies avaient échoué. Faute de référence à des études scientifiques sérieuses, il termine, pour ponctuer ces affirmations, par l’évocation incontournable des nombreux témoignages « sur les vertus du jeûne en cas de contamination radioactive ».

Alors inutile de vous faire du souci, il suffit de vous serrer la ceinture et bonne humeur, santé, confiance ressurgiront comme par enchantement !