Mythe N° 12 : L’hypnose est utile pour retrouver des souvenirs d’événements oubliés

Vues : 125

Le mythe de l’hypnose pour mieux se souvenir

Les 50 grands mythes de la psychologie populaire

Un de nos correspondants universitaires nous a signalé ce livre paru en 2010, en anglais, aux Éditions
Wiley-Blackwell. Nous en avons extrait les mythes 12 & 13 qui se rapportent aux faux souvenirs induits
“retrouvés” en thérapie.

– Mythe 12 : L’hypnose est utile pour récupérer des souvenirs d’événements oubliés.

– Mythe 13 : Les individus refoulent communément les souvenirs d’expériences traumatiques.

Nous en avons assuré la traduction française. Les sous-titres sont de Psyfmfrance.


Les auteurs du livre: Scott O. Lilienfeld, Steven Jay Lynn, John Ruscio, Barry L. Beyerstein.

les 50 mythes


Scott O. Lilienfeld est professeur de psychologie à l’Université Emory à Atlanta.
Les principaux domaines de recherche du Dr. Lilienfeld sont les troubles de la personnalité, la
classification psychiatrique et le diagnostic, les pseudosciences en santé mentale, et l’enseignement
de la psychologie.

Steven Jay Lynn est professeur de psychologie et directeur de la Clinique de psychologie de l’Université
d’État de New York à Binghamton. Il est ancien président de la division de l’APA de l’hypnose
psychologique. Ses principaux domaines de recherche comprennent l’hypnose, la mémoire, les fantasmes, et
la dissociation.

John Ruscio est professeur associé de psychologie au Collège du New Jersey. Ses intérêts de
recherche incluent les méthodes quantitatives pour la recherche psychologique et les caractéristiques des
pseudosciences qui distinguent les sujets à l’intérieur et au-delà des confins de la science
psychologique.

Le regretté Barry L. Beyerstein était professeur de psychologie à l’Université Simon Fraser et
président de la Société sceptiques de Colombie Britannique.

 


Mythe N° 12 : L’hypnose est utile pour retrouver des souvenirs d’événements oubliés

Les cas

– En 1990, George Franklin a été reconnu coupable de l’assassinat 1969 de Susan Nason. La base de la
condamnation a été les souvenirs de sa fille Eileen qu’il a brutalement assassiné Susan, son amie
d’enfance, quelque 20 ans plus tôt. En 1996, les procureurs abandonné toutes les charges, et Franklin
a été libéré de prison. Ce fut le premier cas très médiatisé de la «mémoire traumatique retrouvée.”

– En 1994, Steven Cook a engagé une poursuite de 10 millions de dollars contre le respecté
Cardinal Joseph Bernardin de Chicago. L’accusation allègue que Bernardin avait molesté Cook 17 ans plus
tôt.

– En 2001, Larry Mayes a été la 100e personne à être libéré de prison en raison des tests ADN (génétique)
Malheureusement, il avait passé 21 ans en prison pour le viol et le vol, avant qu’un échantillon de son
ADN n’ait été prélevé. Il a été déclaré innocent.

Maintenant, considérons les faits:

– La fille de George Franklin, Janice, a déclaré que sa sœur, Eileen, lui avait dit que les souvenirs de
l’assassinerat présumé avaient refait surface au cours d’une thérapie à l’aide de l’hypnose.

– L’affaire contre le Cardinal Bernardin a été démêlée lorsqu’une enquête a déterminé que des souvenirs de
Cook n’ont émergé qu’après un thérapeute, qui avait terminé 3 heures d’un cours d’hypnose sur 20 heures,
l’avait placé sous hypnose. Le thérapeute est titulaire d’une maîtrise d’une école non accréditée
dirigée par un gourou New Age, Jean-Rodger, qui prétend être l’incarnation d’un esprit divin
(Times 14 Mars, 1994).

– Mayes avait participé à deux séances d’identification policières (les suspects sont en ligne) et au cours de la prémière
il n’a pas été identifié par la victime. Mais après que la victime ait été hypnotisée, elle a identifié
Mayes dans une nouvelle identification en ligne, et pendant le procès la victime a exprimé une grande
confiance dans le fait que Mayes l’avait agressée.


« L’hypnose est utile pour la récupération des souvenirs », est une idée largement répandue.

Ces cas remettent en question l’idée largement répandue que l’hypnose ouvre le vaste entrepôt de la
mémoire, comme cela est dans nos esprits, et permet un accès précis aux événements passés. Dans chaque cas, il y a de
bonnes raisons de croire que l’hypnose a créé de faux souvenirs maintenus avec une conviction quasi
inébranlable. Pourtant, la croyance que l’hypnose détient un pouvoir spécial pour récupérer les souvenirs perdus
persiste à ce jour.

Dans une étude avec 92 étudiants en introduction à la psychologie, 70% ont convenu
que l’hypnose est extrêmement utile pour aider les témoins se rappeler des détails des crimes »
(Taylor & Kowalski, 2003, p. 5).
Dans d’autres enquêtes, 90% (Green & Lynn, sous presse) ou plus
(McConkey et Jupp, 1986; Whitehouse, Orne, Orne, & Dinges, 1991) des étudiants ont rapporté que
l’hypnose améliore la récupération de la mémoire, et 64% ont maintenu que l’hypnose est une « bonne
technique à utiliser par la police pour rafraîchir la mémoire des témoins » (Green & Lynn, sous presse).

De telles croyances sont également répandues parmi les universitaires et les professionnels de la santé
mentale. Elizabeth Loftus et Loftus Geoffrey (1980) a révélé que 84% des psychologues et 69% des
non-psychologues a approuvé la déclaration que « le souvenir est stockée en permanence dans l’esprit » et
que «… avec l’hypnose, ou d’autres techniques spécialisés, ces détails inaccessibles pourraient
éventuellement être récupéré ».


Les enquêtes auprès des psychothérapeutes

Sur un échantillon de plus de 850 psychothérapeutes, Michael Yapko (1994) a constaté que de forts
pourcentages d’entre eux ont approuvé les points suivants, avec une fréquence de forte à modérée :

– (1) 75%: « l’hypnose permet aux gens de se souvenir avec précision de choses qu’ils ne pouvaient pas
se souvenir autrement “.

– (2) 47%: « Les thérapeutes peuvent avoir une plus grande confiance dans les détails d’un événement
traumatique lorsqu’ils sont obtenus sous hypnose que le contraire.”

– (3) 31%: « Quand quelqu’un a le souvenir d’un traumatisme alors qu’il est sous l’hypnose, cela doit
objectivement avoir effectivement eu lieu »

– (4) 54 %: « L’hypnose peut être utilisée pour récupérer des souvenirs d’événements réels dès la
naissance.»

Dans d’autres enquêtes (Poole, Lindsay, Memon, et Bull, 1995), entre environ un tiers (29% et 34%) et
un cinquième (20%; Polusny & Follette, 1996) des psychothérapeutes ont déclaré avoir utilisé l’hypnose
pour aider les clients à se rappeler des souvenirs d’abus sexuels présumés.


Des croyances qui remontent à loin et qui sont partagées par le grand public.

Les croyances dans les pouvoirs de l’hypnose pour l’amélioration de la mémoire ont une histoire longue et
parfois en patchwork. L’hypnose a été promue par certains comme les précurseurs (” les lumières précoces “)
de la psychologie et de la psychiatrie, dont Pierre Janet, Joseph Breuer et Sigmund Freud. Janet a été
l’un des premiers thérapeutes à utiliser l’hypnose pour aider les patients recouvrer des souvenirs
d’événements traumatisants qu’il a supposé être la cause de leurs difficultés psychologiques.

Dans une affaire célèbre, Janet (1889) utilisait l’hypnose pour faire de la “régression” (mentalement
revivre une période antérieure de son enfance) à sa patiente Marie, quand elle a été traumatisée en voyant un
enfant avec une malformation faciale. En revivant, consciemment le souvenir du visage de l’enfant,
Marie était supposée se libérer de symptômes de la cécité.

La croyance que l’hypnose peut aider les patients à déterrer des souvenirs enfouis d’événements
traumatiques était aussi la raison d’être de l’ « hypno analyse», qu’utilisaient de nombreux praticiens
dans le sillage de la Première Guerre mondiale pour aider les soldats et les anciens combattants à se
souvenir d’événements qui, avaient vraisemblablement déclenchés leurs troubles psychologiques. Certains
thérapeutes croient que les chances d’un rétablissement complet ont été optimisés lorsque les émotions
associées aux événements rappelés ont été libérées totalement dans une soi-disant abréaction (une
puissante décharge des sentiments douloureux), et la culpabilité et la colère qui ont émergé ont été
traitées plus tard au cours de séances d’hypnose.

La confiance dans les pouvoirs de l’hypnose s’étend au grand public, qui sont inondés d’images de
l’hypnose comme un révélateur de mémoire qui rivalise avec un magique sérum de vérité.
Dans des films tels que In Like Flint, Kiss the Girls, Dead on Sight, et Résurrection syndrome , les
témoins se rappellent les détails exacts de crimes ou d’événements d’enfance oubliés depuis longtemps
avec l’aide de l’hypnose.


Des croyances qui touchent aussi les cliniciens.

Certains chercheurs modernes et cliniciens affirment que l’hypnose peut extraire de précieuses pépites
enterrées d’informations depuis longtemps (Scheflin, Brown et Hammond, 1997).

Néanmoins, en général, la majorité de l’opinion des experts (Kassin, Tubb, Hosch, et Memon, 2001) a
accepté le point que les psychologues judiciaires reconnaissent largement, que l’hypnose n’a aucun effet
sur la mémoire (Erdelyi, 1994) ou qu’il peut nuire et de fausser rappel (Lynn, Neuschatz, Fite, et
Rhue, 2001).

Dans les cas où l’hypnose augmente des souvenirs précis, souvent c’est parce que les gens devinent et
rapportent des souvenirs quand ils ne sont pas sûr. Cette augmentation est compensée, voire dépassé
par une augmentation des souvenirs inexacts (Erdelyi, 1994; Steblay & Bothwell, 1994).

Pour aggraver les choses, l’hypnose peut produire plus d’erreurs de rappel ou de faux souvenirs que le
rappel ordinaire, et elle accroit la confiance des témoins oculaires en des souvenirs inexacts, aussi bien
que des souvenirs exacts, (cette augmentation de la confiance est appelée « durcissement de la mémoire »).
Après tout, si vous vous attendez à vous rappeller, au cours d’une séance d’hypnose, des souvenirs
exacts dans tous les détails, vous avez peu de chances de croire que ce vous rapportez n’est pas vrai.

En fait, la plupart des chercheurs ont montré que l’hypnose gonfle la confiance injustifiée dans les
souvenirs
à un certain degré (Green & Lynn, sous presse). Bien que les personnes très

influençables soient les plus touchés par l’hypnose, le rappel, même pour des individus faiblement
« suggestibles » peut être altéré.
La crainte que des témoins oculaires qui sont hypnotisés peuvent
ne pas résister à un contre-interrogatoire, et ont des problèmes pour distinguer le monde réel des faits,
de la fiction mentale, a incité la plupart des Etats à interdire, en audience, le témoignage des témoins
hypnotisés.


Des souvenirs improbables ou farfelus créés sous hypnose.

Est-ce que l’hypnose bénéficie d’un sort meilleur quand il s’agit de se souvenir des expériences très
tôt de la vie? Un documentaire télévisé (Frontline, 1995) a montré une séance de thérapie de groupe dans
laquelle une femme était soumise à la régression d’âge pendant l’enfance, jusque dans l’utérus et,
finalement, d’être piégée dans la trompe de Fallope de sa mère. La femme a fait une démonstration
convaincante de l’inconfort émotionnel et physique si l’on était en effet coincé dans cette position
inconfortable.

Bien que cette femme ait peut-être cru à la réalité de son expérience, nous pouvons être tout à fait sûr
que ce n’était pas basé sur le souvenir. Au lieu de cela, les sujets soumis à la régression d’âge se
comportent selon leurs connaissances, leurs croyances et les hypothèses sur les comportements à l’âge
pertinent. Comme Michael Nash (1987) l’a montré, les adultes en régression d’âge à l’enfance ne montrent
pas les modèles attendus sur de nombreux indices du développement précoce, y compris le vocabulaire, les
tâches cognitives, les ondes cérébrales (EEG), et des illusions visuelles. Peu importe la façon dont
peuvent sembler convaincantes, ” les expériences de régression d’âge ” ne sont pas la traduction
littérale des expériences de l’enfance, des comportements ou des sentiments.

Certains thérapeutes vont même plus loin en affirmant que les problèmes actuels sont imputables à des
vies antérieures, et que le traitement est appelé à la « thérapie de régression dans les vies passées »
avec l’hypnose. Par exemple, un psychiatre Brian Weiss (1988), qui a été montré dans l’Oprah Winfrey
Show en 2008, a publié une série très médiatisée de cas portant sur des patients qu’il a hypnotisés et
fait régresser pour “revenir ” à la source d’un problème présent aujourd’hui. Lorsque Weiss a fait
régresser ses patients, ils ont signalé des événements qu’il a interprétés comme étant issus de vies
antérieures, souvent il y a plusieurs siècles.

Bien que les expériences au cours de la régression d’âge peuvent sembler convaincantes à la fois au
patient et au thérapeute, les rapports d’une vie passée sont les produits de l’imagination, le fantasme
et ce que les patients connait d’une période historique donnée. En fait, les descriptions des sujets sur
les circonstances historiques de leurs prétendues vies passées, lorsqu’elles sont comparées aux faits
connus (comme si le pays était en guerre ou la paix, le visage sur la monnaie du royaume), sont rarement
précis. Un participant à une étude (Spanos, Menary, Gabora, DuBreuil, et Dewhirst, 1991), qui avait été
régressé à l’Antiquité a prétendu être Jules César, empereur de Rome, en 50 avant JC, même si les
désignations BC et AD n’ont été adoptées que des siècles plus tard, et même si Jules César est mort
plusieurs décennies avant le premier empereur romain, Auguste. Lorsque l’information qui se rapporte à
une «vie passée» se trouve être précise, on peut facilement l’expliquer comme une «bonne évaluation» qui
est souvent basée sur la connaissance de l’histoire.


L’hypnose peut être utile, mais pas pour retrouver des souvenirs enfouis.

Néanmoins, tous les usages de l’hypnose ne sont pas scientifiquement problématiques. Des résultats de
recherche contrôlée suggèrent que l’hypnose peut être utile dans le traitement de la douleur, des
troubles de santé et de comportements répétitifs (comme le tabagisme), et en complément de la thérapie
cognitivo-comportementale pour traiter l’anxiété, l’obésité et d’autres maladies. Cependant, la mesure
dans laquelle l’hypnose offre des avantages au-delà de la détente dans ces cas n’est pas clair (Lynn,
Kirsch, Barabasz, Cardena, et Patterson, 2000).

En somme, la conclusion que l’hypnose peut favoriser des faux souvenirs chez certaines personnes est
indiscutable
.

Aussi tentant que cela puisse être de communiquer avec un hypnotiseur pour localiser cette
bague favorite vous avez égarée des années auparavant, nous vous recommandons que vous continuiez à
la chercher.